ÉQUITABLE - Original Beans

ÉQUITABLE +

Devenir un fermier pour ORIGINAL BEANS est équivalent à passer d’un emploi intérimaire à un CDI dont le revenu serait multiplié par deux. Nous soutenons ainsi 175 familles travaillant à plein temps et 5000 à temps partiel.

HAUT SALAIRE, DIRECT, ET ASSURÉ

Nous payons nos fermiers le double d'un salaire commerce équitable habituel.

Lisez plutôt: le revenu d’un fermier du cacao devrait doubler avant d’atteindre le seuil de pauvreté absolue établi par l’ONU et qui s’élève à 1,25$ par jour! Les soit-disant commerce équitable et autres certifications n’ajoutent que 5 à 10% sur le prix d’un cacao en constante fluctuation. Mais ils n’essaient pas de changer le système injuste des marchés qui créé toujours plus de pauvreté, de précarité et d’exploitation. Les prix hauts, directs et stables d’ORIGINAL BEANS offrent aux familles de fermiers un salaire qui leur permet de vivre. Ils les incitent aussi à produire la meilleure qualité tout en leur en assurant une perspective d’avenir. Par conséquent nous pouvons aussi affirmer n’EMPLOYER AUCUN ENFANT d’une part, mais donner INDÉPENDANCE et RESPONSABILITÉ à des centaines de jeunes fermiers, hommes et femmes confondues, de l’autre.

TRAVAILLER AVEC FIERTÉ

Si l’équipe d’ORIGINAL BEANS travaille pour prospérer, elle cherche aussi à apprendre, à être reconnue, à développer une identité forte sans toutefois oublier le plaisir. Et il en est de même pour nos fermiers! Nous les tenons pour les meilleurs fermiers du monde. Ils sont chez eux dans les endroits les plus reculés et les plus sauvages de la Terre, porteurs de traditions culturelles anciennes, serviteurs d’une nature inestimable. Nous sommes fiers de travailler et de collaborer avec eux.

VOULEZ-VOUS EN SAVOIR PLUS?

Lisez le Baromètre Cacao 2018

Le Baromètre Cacao est la publication indépendante la plus reconnue. Elle documente la (non-)durabilité de la grande industrie chocolatière. Voici les déclarations clés du rapport de 2018:

  • Les prix faibles et fluctuants représentent un obstacle majeure empêchant la création d’un secteur cacao durable. Les fermiers supportent les risques des prix volatiles alors que d’autres acteurs du même marché ont les moyens de s’adapter, voire de générer des gains exceptionnels. Aucun n’effort n’est encore fait par l’industrie qui permettrait d’alléger même une partie de la charge pour les fermiers de petites exploitations déjà très pauvres.
  • Aucun des organismes majeurs de certifications du cacao (Rainforest Alliance, UTZ ou Fairtrade) n’ont été capables de contribuer de manière significative à ce que les fermiers s’assurent un revenu leur permettant de subvenir à leurs besoins. Le travail des enfants n’a pas été réduit. La dégradation environnementale n’a pas cessé. Les organisations qui créent les standards sont conscientes de tous ces problèmes mais les compagnies chocolatières et les distributeurs sont toujours à la recherche des prix les plus bas.
  • Malgré un faible et relatif déclin du travail infantile, l’augmentation de la production de cacao a néanmoins conduit à une progression en valeur absolue des enfants travailleurs. En Afrique de l’Ouest seulement travaillent 2,1 millions d’enfants. Le travail infantile est le symptôme de problèmes plus profonds et ne sera pas éradiqué tant que l’on ne s’attaque pas à la pauvreté systémique de ces pays.

Awards & Certifications

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close